Xénophobie : les étudiants guinéens de Chine exigent des actions pour faire arrêter le calvaire des noirs

5
1081

Réunis en petit groupe, les étudiants guinéens qui ont réussi à regagner la Guinée avant la fermeture des frontières ont exprimé leur colère ce lundi 20 avril par rapport à la xénophobie dont sont victimes les africains en général et les guinéens en particulier en Chine. Pencartes et banderoles en mains ces étudiants se sont donnés rendez-vous devant l’ambassade de la Chine en Guinée pour marquer leur désaccord de ce qui est infligé à leurs camarades.

Parmi eux Amadou Barry, étudiant en master 2 communication. Il estime que les autorités guinéennes ne font pas assez pour faire arrêter la discrimination contre les guinéens. « Le ministre des affaires étrangères a reçu l’ambassadeur de la Chine en Guinée mais ça s’est arrêté là. On a plus besoin de beaux discours mais des actions. l’État guinéen a le devoir de protéger ses citoyens et cela implique qu’il exige de son homologue chinois d’arrêter ce qu’il est en train de faire aux noirs, aux guinéens. Nos camarades sont interdits de tout mouvement, plusieurs d’entre eux ont été chassés de leurs maisons, certains obligés à se mettre en quarantaine à leurs frais. C’est inadmissible ce qui se passe là-bas. On ne peut pas traiter un être humain de la sorte ….».

Pour sa part Mamadou Lamine Baldé, également etudiant, déplore l’absence d’interlocuteur dans les zones où ces pratiques ont lieu. « Il n’y a pas de consulats de la Guinée dans les villes où nos compatriotes sont victimes de xénophobie. Nous demandons à l’État de mettre un consulat sur place. Cela pourrait aider les étudiants en cas d’urgence, ils peuvent s’y rendre facilement..».

Ce sit-in a été dispersé par les agents de maintien de l’ordre postés devant l’ambassade qui ont d’ailleurs procédé à l’arrestation de quelques protestataires et un journaliste du groupe HADAFO Médias qu’ils vont libérer plus tard après d’âpres négociations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici