Première édition du prix Thierno Monenembo :les filles en tête

0
153

La finale de la première édition du concours radiophonique ‘’Molière-vivant’’ pour le prix ‘’Thierno Monenembo’’ s’est jouée, le 27 février à l’Université Nongo Conakry. Elle a mis aux prises six collégiens dont trois filles des quelques écoles de Conakry qui ont été évalués sur la grammaire, la conjugaison et la culture générale. Six lycéens dont trois filles ont également pris part à la compétition sur thème: « les avantages et les inconvénients de l’immigration clandestine».

Pour le collège, Bintou Sidimé, 10e année à l’école Garaya 2 (Matoto) a gagné. Elle a eu une tablette, un livre BLED, un satisfecit et une attestation. Au lycée, c’est Aïda Bah, 12e A sciences sociales à l’école Saint-Georges qui a été déclarée victorieuse . Elle a empoché une tablette, un livre, un satisfecit et une attestation.

Selon l’écrivain Thierno Monenembo, lorsque l’on envoie sa fille à l’école, la société progresse vite, car si la femme s’instruit, c’est toute la société qui s’instruit. « L’enfant écoute plus sa mère que son père. Tout ce que la mère sait, l’enfant le sait. Dès que la femme est instruite, le pays est instruit. Il faut songer à cela, obliger nos parents à mettre leurs filles à l’école. C’est la seule voie », conseille-t-il.

Thierno Monenembo reste convaincu que c’est la jeunesse qui va sortir la Guinée du bourbier. « La prestation des candidats est très bien. Je pense qu’une telle expérience pourrait aider le département dans ses fonctions, mais aussi amener les élèves à chercher, à se perfectionner. C’est une activité très captivante qui permettrait aux uns et autres de savoir jusqu’où ils sont au niveau de formation. C’est une leçon aussi pour les formateurs qui sauront désormais ce qu’il faut davantage renforcer dans la formation des enfants. Nous sommes très impressionnés », a déclaré Mamady Sidiki Camara, responsable de la communication au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation. 

Mamadou Diongassy Bah, l’initiateur : «J’ai eu des bonnes impressions, parce que vous savez ce n’est pas évident de réussir à un coup d’essai. Mais, avec tout ce qui s’est passé, je suis très satisfait. Quand on prend l’éducation, c’est le baromètre de tout développement. Il faut donc promouvoir le système éducatif guinéen, c’est dans cette logique que je me suis engagé dans ce projet à travers mon émission L’Ecole d’abord à la radio City FM».                                   Abdoulaye Kourouma