Préalables des FVG pour le dialogue: le PM pense qu’il y’a de la mauvaise foi

0
59

Les forces vives de Guinée conviées à une rencontre, jeudi 16 mars 2022, qui devrait les réunir avec les religieux et le premier ministre, Dr Bernard Goumou, au centre Islamique de Donka. Les forces vives ont brillé par leur absence estimant que leurs préalables ne sont pas pris en compte par les autorités de la transition. Une justification balayée par le chef du gouvernement qui estime qu’on n’a pas besoin de poser des préalables pour venir autour de la table pour discuter de l’avenir du pays.

Nous sommes venus rencontrer les leaders religieux, mais c’est dommage de constater la chaise vide de nos frères. Je profite de l’occasion pour lancer un appel à nos frères, pour dire qu’aucun sacrifice n’est de trop pour la Guinée. Je réitère de nouveau, la main tendue du gouvernement. J’ai dit aux religieux qu’à tout moment, lorsqu’ils auront besoin de moi, je viendrai m’assoir à cette table d’échange et de négociation avec nos frères. La Guinée appartient à tous les guinéens, c’est dans ce cadre que nous faisons des efforts et pour rester en droite ligne avec la vision du président de la transition qui m’a confié une mission ultime. Ma première d’ailleurs, c’est d’apporter la paix à la Guinée et de mettre tous les fils et les toutes les filles de la Guinée ensemble. Je ne serai jamais fatigué, je reviendrai mille fois s’il faut pour qu’on puisse s’assoir sur la table. Je suis sûr qu’ensemble, on peut trouver la solution pour la Guinée. Vous savez, quand vous devez aller en négociation, vous ne devez pas parler de préalable. Nous aussi, nous avons bien décrit la position du gouvernement aux religieux. Je pense que c’est autour d’une table qu’on peut discuter de tout cela. Quand vous devez aller en négociation et vous parlez de préalables, cela dénote de la mauvaise foi. Nous disons que toutes les portes du gouvernement et de la primature sont ouvertes, qu’in s’asseye et qu’on échange sur les problèmes de la Guinée. Nous avons pris la ferme résolution qu’il n’y aura pas de sujet tabou. Nous avons invité les religieux et les sages, d’être arbitres de ces échanges ».

Refletguinee