Détenus politiques : Mamadou Sylla plaide pour l’organisation d’un procès

0
233

Mamadou Sylla a eu la confirmation que des prisonniers sont atteints du coronavirus après sa visite à la plus grande prison du pays ce jeudi, 11 mars 2012. Accompagné de son cabinet, il n’a pu rencontrer que 55 détenus politiques sur les 69 dit-il. Le chef de la délégation précise qu’une vingtaine de prisonniers sont testés positifs du COVID-19. Une visite qu’il a obtenue plusieurs démarches auprès du chef de l’Etat.

 « Nous avons rencontré 55 personnes, nous avons demandé la liste, ils nous ont dit qu’ils sont 69. On nous a dit qu’il y en a une vingtaine qui sont atteints du COVID-19. Ceux-ci sont déjà au centre. Il y a un centre ici à la maison centrale géré par l’équipe de Dr Sackoba Keïta (Directeur général de l’agence nationale de sécurité sanitaire), ndlr. On peut dire qu’on est très satisfait de notre démarche parce que tous ceux qui ont pris la parole nous ont félicité », explique le président de l’UDG à la presse.

Pour reconfronter les détenus, Mamadou Sylla s’est fondé de sa propre expérience de prisonnier en 2006 et à rappeler que le président Alpha Condé lui-même a été emprisonné à la maison centrale de Conakry.

« Tous les hommes capables, on peut même dire que les hommes de Dieu ont toujours passé par là.  Moi-même j’avais fait 12 jours ici (en 2006 pour des faits de corruption ndlr). J’ai relaté ça. On a vu des gens sortir de prison automatiquement, on les installe dans le fauteuil présidentiel. L’actuel président de la république (Alpha Condé ndlr), a fait 2 ans et demi ici, aujourd’hui il est président de la république. Donc il faut les rappeler ça pour qu’ils continuent à garder le courage », confie le chef de file de l’opposition qui ne fait pas encore l’unanimité.
Accusé d’être proche du président de la république, le chef de file de l’opposition explique qu’il ne peut rien obtenir de ce dernier à distance. Il n’a pas manqué de dénoncer une détention prolongée et demande au président de la république de faciliter l’organisation d’un procès juste pour situer chaque détenu sur son sort.

MS Bah pour Refletguinee