Peuple de Guinée, lèves toi pour défendre l’État de droit et la démocratie ( opinion)

0
264


Au lendemain du 05 septembre, tes enfants avaient repris le sourire de l’espoir après plusieurs années de maltraitance de la part la d’un régime impitoyable. La joie était partout, dans les rues, dans les bureaux, dans les mosquées, les églises, les marchés, les cafés, les sièges des partis politiques…. Hélas, cette joie ne sera que de courte durée car les putschistes militaires qui ont renversé le régime du putschiste constitutionnel sont avéré être des loups déguisés en agneau.
Le CNRD à sa tête le Colonel DOUMBOUYA se moque éperdument de ta soif de démocratie, de justice et liberté.
Il prétend vouloir éviter les erreurs du passé, mais il fait pire que les erreurs du passé en :

Interdisant les manifestations sur les voies publiques ;

Restreignant la liberté de mouvement aux citoyens : Foniké Mengué empêché de prendre son vol et ses documents de voyage confisqués ;

Arrêtant et en emprisonnant arbitrairement et sauvagement des activistes de la société civile, des hommes politiques, des syndicalistes et même des éléments des forces de défense et de sécurité. Sous CNRD, il est plus facile de se retrouver en prison que d’être inscrit dans une institution d’enseignement ;

Instrumentalisant la justice. La CRIEF est un devenu un outil pour écarter des leaders gênants ;

Distribuant de l’argent dans les quartiers pour tenter d’acheter les consciences ;

Il clame haut et fort qu’aucun agenda caché ne sera toléré et pourtant lui il déroule calmement son agenda caché dans l’arrogance et le mépris total vis-à-vis du peuple par :

La rédaction et la publication unilatérale d’une charte de la transition ;

La composition unilatérale d’un gouvernement de transition ;

La composition du Conseil National de la Transition dans un mépris total des partis politiques et organisation de la société civile ayant lutté contre le 3è Mandat ;

Il crie partout qu’il y aura aucun recyclage, mais nomme tous les jours des gens ayant fait la promotion du 3è mandat.
Il refuse tout dialogue avec les véritables forces vives de la nation.
Malgré tous les appels des leaders des partis politiques représentatifs, des activistes de la société civile pour l’ouverture d’un cadre de dialogue sincère et inclusif, DOUMBOUYA et son CNRD refusent catégoriquement et continuent à faire la sourde oreille dans l’arrogance et le mépris total.
Il nargue la communauté nationale et internationale. Au soir même de la visite des médiateurs de la CEDEAO, il demande à ses Ministres zélés de vulgariser son chronogramme de 36 mois alors que la CEDEAO exige une transition de 24 mois.
Peuple de Guinée, rappelle-toi que le FNDC avait au nom de la paix, pour donner une chance à l’ouverture d’un dialogue sincère et inclusif à la demande de certains sages et religieux avait décidé de suspendre les manifestations du 23 juin dernier. Ce 23 juillet fera un mois jour pour jour que le CNRD continue à agir dans le mépris du peuple de Guinée et refuse tout dialogue avec les véritables forces vives de la nation.
Nul besoin de rappeler la précarité dans laquelle nous vivons alors qu’eux et leurs proches se la coule douce avec les ressources du pays.
Nul besoin de rappeler que cette précarité risque d’empirer quand la CEDEAO imposera des sanctions économiques et financières à notre pays.
Peuple de Guinée, allons-nous attendre que le CNRD finisse de dérouler son agenda qui aboutira à la confiscation du pouvoir pour agir ?
Peuple de Guinée, allons-nous attendre que la CEDEAO impose des sanctions économiques et financières à notre pays et que notre pauvreté soit transformée en misère pour agir ?
Peuple de Guinée, allons-nous nous asseoir et regarder les promoteurs du 3è Mandat confisquer le pouvoir pour agir ?
Peuple de Guinée allons-nous attendre de mourir de faim pour agir ?
C’est bien sûr non, citoyennes, citoyens épris de justice, de liberté, de paix et démocratie c’est maintenant ou jamais, le pays nous appelle, la nation nous interpelle.
Rendez-vous sur les voies et places publiques de Conakry et de l’intérieur du pays pour exiger le retour rapide à la l’ordre constitutionnel et retour de notre pays dans le concert des nations.

Le 28 juillet et jours suivants ;

Le 04 Août 2022 et jours suivants.

La Patrie ou Mort, nous vaincrons !!!!

Joachim Baba Millimono, responsable de la communication de l’UFDG