Neuvième législature: Quand Amadou Damaro déjoue les pronostics! ( opinion)

0
353

L’élection le 21 avril 2020 d’Amadou Damaro Camara à la tête de la nouvelle Assemblée nationale a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par une certaine opinion du pays. Celui qui venait d’être choisi comme la deuxième personnalité du pays était connu pour ses rhétoriques parfois guerrières. C’était tout simplement un provocateur. Certains sont allés jusqu’à dire que c’est un jusqu’au-boutiste et un extrémiste qui a été porté au perchoir. Qu’il n’allait être qu’un faire-valoir d’un parti au pouvoir qui domine largement la 9ème législature. Que désormais tout va passer comme une lettre à la poste d’autant plus que l’opposition parlementaire est minoritaire. Bref, les pronostics les plus alarmistes ont été faits par ses détracteurs. 9 mois après, quand est-il? Le temps a-t-il ou non donné raison à ses détracteurs?
Il faut dire que dès son arrivée à la tête du parlement guinéen Amadou Damaro Camara a marqué la rupture. La rupture par rapport aux habitudes de la 8ème législature. Il a imposé la rigueur. Si pendant la précédente législature les députés venaient quand ils veulent et en fin du compte ils ont leurs primes. Amadou Damaro Camara a mis un système qu’on pourrait appeler  » no présence no primes ». Ce qui fait que les députés assistent à toutes les plénières. Les absents sont obligés de se justifier par écrit faute de quoi, ils ne passeront pas à la questure.
Désormais les plénières se tiennent à l’heure indiquée. Le président du parlement lui-même donne l’exemple. La façon de conduire les débats parlementaires a changé. Désormais l’autorité du président est respectée.
L’autre marque imprimée par le nouvel homme fort de l’Assemblée nationale c’est la rigueur mise dans le traitement des projets des lois. Il est arrivé que des ministres passent plus de 5h d’horloge en inter-commisson pour répondre aux questions et aux inquiétudes des députés.
Amadou Damaro Camara a averti à plusieurs reprises que c’est pas parce que l’exécutif a la majorité absolue que les députés vont voter les projets des lois avec les yeux fermés.
L’autre reforme non la moindre initiée et exécutée par le président de la 9ème législature est l’amélioration substantielle du cadre de travail. Aujourd’hui, les visiteurs sont frappés par le nouveau visage du palais du peuple qui abrite la 2ème institution du pays. L’autre fois dans un état piteux avec des toiles d’araignées un peu partout, des toilettes qui puent par ci et par là, ce décor sombre a laissé la place à un tableau reluisant. Tout ou presque à été refait à la satisfaction générale des députés et des travailleurs parlementaires. Que dire du projet ambitieux de la digitalisation de l’Assemblée nationale. Un projet une fois terminé qui va révolutionner le travail parlementaire.
Pour finir, celui qui était perçu comme un autoritaire s’efface souvent au profite des autres élus. Par exemple, il laisse souvent le soin à sa vice-présidente pour s’adresser à la presse.
Pour le moment, on peut affirmer sans risque de se tromper, que l’ancien président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel est en train de déjouer les pronostics.
Avec toutes ces réformes, on peut dire que la 9ème législature est pour le moment sur les bons rails. Souhaitons que le train ne déraille pas.


MLB, Refletguinee
654 08 96 97