Economie : « Non, monsieur le premier ministre, le moment est déjà très dur pour les guinéens » ( Mamadou Lamine Barry)

0
504

Alors que le pouvoir d’achat du guinéen s’est considérablement détérioré ces derniers temps et d’ailleurs pour s’en rendre compte, il suffit juste de faire un tour dans les différents marchés du pays. Les prix des différentes denrées ont connu une flambée. Le franc guinéen s’est fortement déprécié par rapport aux devises. En un mot, l’inflation bat son plein. Donc le moment est déjà dur pour les guinéens. C’est le moment choisi par le premier ministre pour faire une déclaration qui pourrait semer l’incertitude dans l’esprit des populations. En effet,  Dr Ibrahima Kassory Fofana présidant en milieu de semaine  « Guinea  forum business » a déclaré : « Dois-je mentionner que, malgré la résilience dont nous faisons montre, les mois à venir vont être durs parce que les conséquences de la covid-19 sur le plan international vont se ressentir. Ceux du secteur privé le perçoivent déjà. Nous faisons face à une inflation importée. Pourquoi ? La contraction de l’activité économique ou de la demande globale a poussé tous les prix à la hausse, y compris les prix des services. C’est pour cela qu’on observe que le coût de transport des conteneurs a augmenté en Guinée ».

Monsieur le chef du gouvernement, le moment est déjà dur pour ne pas dire trop dur pour les guinéens. Le patron du palais de la colombe explique cette situation par des causes exogènes liées notamment à la covid-19. Mais sauf que l’économie guinéenne est tirée en grande partie par les mines or la Guinée en dépit de la covid-19 a continué à exporter sa bauxite. Faut-il pas chercher les raisons ailleurs, ne sont-elles aussi endogènes avec notamment la tenue du double scrutin référendaire et législatif , la présidentielle du 18 octobre dernier sur fond propre du pays sans donc aucun appuie financier de l’extérieur. Cette difficulté économique n’est-elle pas liée de la volonté du pouvoir de Conakry de s’affranchir de certaines aides en exhibant le souverainisme. Bref, qu’est-ce que le chef du gouvernement entend par les mois à venir vont être dur?  Cherche-t-il à mettre la puce à l’oreille des guinéens sur les mesures drastiques que le gouvernement pourrait prendre dans les mois à venir pour faire face aux effets dévastateurs du Coronavirus ? Cherche-t-il à préparer les esprits quant à une probable  augmentation du prix des produits pétroliers ? Des questions que Dr Ibrahima Kassory Fofana pourrait répondre bientôt car nous apprenons que dans les prochaines semaines il sera face aux députés pour la  déclaration de la politique générale du gouvernement. A cette occasion, Dr Ibrahima Kassory va donc décliner les grandes orientations afin que les guinéens puissent y voir clair et surtout pour savoir à quel saint se vouer. Et pour connaître si oui ou non , ils vont serrer la ceinture comme ça été le cas en 2011 quand il s’agissait d’atteindre le PPTE (L’initiative pays pauvres très endettés). Pour le moment si on s’en tient aux déclarations et du président de la République et du premier ministre, on peut affirmer sans risque de nous tromper que la météo économique du pays  ne présage pas du beau temps.

Mamadou Lamine Barry, journaliste et analyste politique