Manif du 20 octobre: plusieurs militants du Front National pour la Défense de la Constitution dans le viseur de la DPJ?

0
164

Connu pour son opposition au troisième mandat d’Alpha Condé, le Front national pour la défense de la Constitution ( FNDC) n’approuve plus la conduite actuelle de la transition. Pour marquer son désaccord, il projette une manifestation le 20 octobre dans le grand Conakry. Mais celle-ci n’est pas autorisée par la junte qui a interdit toute manifestation sur les voies et places publiques. Pour tuer l’initiative dans l’œuf, plusieurs militants et responsables du FNDC sont recherchés par les forces de l’ordre.

Le Front National pour la Défense de la Constitution appelle à une manifestation le 20 octobre à Conakry et ses environs pour protester contre  » la gestion solitaire de la transition  » et exiger un retour rapide à l’ordre constitutionnel. Les lettres d’informations sont déjà déposées dans les communes concernées mais les municipalités n’ont pas donné leur quitus fondant leurs décisions par l’interdiction des manifestations sur les places publiques par le CNRD. Les autorités judiciaires auraient décidé de mettre à contribution la Direction de la Police Judiciaire (DPJ) pour traquer les responsables et membres influents du FNDC. Mamadou Lamine Baldé, Souleymane Diallo, Ousmane camara, Amadou Sow, Mamadou Pethe Baldé et Thierno Oumar Diallo font partie des jeunes qui sont recherchés. Ces militants de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) sont dans la ligne de mire des autorités pour le rôle qu’ils sont en train de jouer dans la mobilisation pour la manifestation du jeudi 20 octobre 2022 prochain.

Des convocations seraient en cours d’émission pour donner une forme juridique à ces arrestations en vue des jeunes connus pour leur capacités de mobilisation.

Cette manifestation prevue dans le grand Conakry vise à exiger la libération des détenus politiques et un retour à l’ordre constitutionnel.
Affaire à suivre.