Kindia : ouverture d’une enquête après le décès d’un jeune bénévole à Linsana

0
281

Au lendemain des actes de vandalisme enregistrés dans la sous-préfecture de Linsan jeudi 10 février dont le bilan matériel reste lourd, le préfet de Kindia, Colonel Abdel Kader Mangué Camara accompagné des forces de sécurité, s’est rendu vendredi, 11 février 2022 dans ladite localité pour s’imprégner des réalités.

Sur le terrain, le bilan matériel reste déplorable a-t-on constaté. Le domicile du commissaire a été mis à plat, le poste de police saccagé, et celui d’un autre bénévole.

Ces actes de vandalismes ont été causés par des jeunes en colère suite au décès de leur camarade bénévole de la police. Ce dernier serait accusé de « vol de pneus » d’une compagnie chinoise évoluant dans la localité. Incarcéré dans une cellule au poste de police de la sous-préfecture, Moussa Gninnè Sylla se serait donné la mort par pendaison avec sa ceinture ; a fait savoir Elhadj Kabinet Kaké, membre de la délégation spéciale de la commune rurale de Linsan.

Le préfet de Kindia Colonel Abdel Kader Mangué Camara ayant fait le constat, a déploré ces actes de vandalismes avant d’expliquer que de tel agissement ne restera pas impuni : « Aujourd’hui je suis à Linsan suite aux évènements malheureux qui se sont produits ici. Nous avons fait le déplacement pour venir voir les parents de la victime, un jeune qui est mort dans les circonstances que nous sommes en train d’élucider actuellement au niveau de l’hôpital régional de Kindia. Nous avons présenté nos condoléances à la famille. Dans la foulée nous avons vu les maisons incendiées, le poste de police saccagé. C’est déplorable ; nous demandons que les gens se résignent et restent derrière la justice. En tout cas la justice fera son travail. Les enquêtes sont en cours pour celui qui a perdu la vie » a-t-il expliqué.

Il faut rappeler que le corps de Moussa Moussa Gninnè Sylla bénévole de la police est toujours à la morgue de l’hôpital régional de Kindia pour des fins d’enquêtes. Pour le moment à Linsan, aucune arrestation n’a été signalée mais beaucoup de jeunes ont déjà pris la poudre d’escampette. La ville reste complétement quadrillée par les forces de sécurité.

AGP