Kassory et cie en prison : C’est une cabale judiciaire ( Mé Béavogui)

0
84

L’ancien premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, et trois anciens ministres ont été inculpés ce mercredi 6 avril 2022 pour détournement et placés sous mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry par la cour de répression des infractions économiques et financières. Le collectif des avocats des anciens ministres dénonce une cabale judiciaire.

Après trois jours d’audition à la direction des investigations judiciaires, les anciens ministres ont été déférés à la CRIEF. Là, le parquet de la Cour de répressions des infractions économiques et financières les a inculpés pour détournement. Une décision peu appréciée par les avocats de la défense. « Véritablement, nous sommes dans une cabale judiciaire, c’est une justice expéditive. Nos clients ont été rapidement interpelés, d’abord la chasse a commencé en réalité le lundi, le mardi et le point culminant ce mercredi où ils se sont retrouvés rapidement à la Maison centrale. Le procureur les poursuit pour détournement des deniers publics et tout son corolaire et un chapelet d’infractions… Ce qui est déjà faux et archifaux, finalement, ils ont été placés sous mandat de dépôt », dénonce Me Salifou Béavogui.

Plus loin, l’avocat affirme que le CNRD tente d’affaiblir des hommes politiques. « Nous pensons que c’est purement politique. C’est une façon de neutraliser des adversaires politiques, c’est une façon d’anéantir des personnes qui peuvent être gênantes. C’est une façon de se servir de la justice pour intimider des personnalités qui ont géré ce pays. Nul n’est au dessus de la loi, certes, mais il y a toujours la forme qu’il faut aménager ».

Le procès est prévu pour le 11 avril, devant une chambre de la CRIEF. L’avocat promet qu’il viendra démontrer que ses clients ne sont pas coupables des faits qu’on leurs reproches. « Nous viendrons démonter l’innocence de nos clients et nous pensons qu’ils seront libérés. Ils sont en prison, le moral est au top, ils savent qu’ils sont entre les mains de Dieu, car ils ne se reprochent de rien. Le dossier est pris en flagrant  délit, ce qui nous paraît ridicule. C’est un dossier aussi important que celui-là que l’on prend banalement en flagrant délit. Aucune preuve n’est réunie, c’est un raccourci. Il faut passer par un court chemin pour les mettre en état d’arrestation ».

Abdoulaye Kourouma