Justice: les infractions qu’on reproche à Gaoual et cie seraient basées sur des publications sur Facebook ( Me Traoré)

0
50

Après la fin de l’instruction du dossier Ousmane Gaoual Diallo et compagnie, le juge d’instruction a abandonné les charges de « fabrication, stockage, détention d’armes légères et de guerre ». Par contre, il a retenu contre eux les infractions d’«atteinte aux institutions de la République, la mise à disposition à d’autrui des données de nature à porter atteinte à l’ordre public et à la sécurité publique, trouble à l’Etat par dévastation, participation à un mouvement insurrectionnel ».

En marge de la conférence de presse qu’il a tenue ce 27 mai avec son collègue Me Alsény Aissata Diallo, Me Mohamed Traoré se dit très à l’aise avec ce dossier, puisqu’il est « vide », selon lui.

« Ce qui est extraordinaire, toutes ces infractions qu’on reproche finalement à ces cadres politiques sont des infractions qui seraient basées sur des publications sur leurs pages Facebook uniquement. Donc vous ne verrez pas un acte matériel de participation à ces infractions. C’est pourquoi quelque part, nous sommes très à l’aise. Nous attendons impatiemment la tenue de ce procès. Et comme c’est un procès qui sera ouvert au public, vous vous ferez une idée de la légèreté de ce dossier », a-t-il déclaré.

Me Traoré rappelle que les cadres politiques que sont Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah et Etienne Soropogui ne sont pas les seuls qu’ils défendent. Il y a d’autres jeunes aussi. Ceux-ci, dit-il, ont été, pour la plupart, renvoyés devant le tribunal de Dixinn pour consommation et détention de chanvre indien. « Il y a des jeunes, dont la plupart finalement ont été renvoyés devant la juridiction de jugement pour détention ou consommation de chanvre indien. Nous ne disons pas que les personnes que nous défendons sont des anges, hein. Mais nous, en tant qu’avocats, nous agissons sur la base des faits qui leur sont reprochés », a-t-il précisé.

Poursuivant son intervention, Me Mohamed Traoré se dit confiant : « Sur le plan de la procédure, nous sommes très sereins, et nos clients le sont aussi. Actuellement, nous échangeons régulièrement avec eux afin qu’ils sachent ce qui leur est exactement reproché pour qu’ils se préparent conséquemment à affronter la justice. »

Guineenews