Guinée : la junte au pouvoir se livre à des pratiques liberticides (Cellou Dalein)

0
228

Dans la nuit du vendredi à ce samedi 30 juillet le coordinateur du FNDC a été interpellé à son domicile par les forces de l’ordre et, ce matin les sièges des principaux partis politiques sont encerclés par des argents. Des faits qui poussent le président de l’UFDG à se souvenir des restrictions des libertés sous l’ère Alpha Condé.

Dans un post sur sa page Facebook, Cellou Dalein Diallo dénonce des pratiques liberticides et exige la libération du coordinateur du FNDC et les sièges des partis politiques.  »

J’ai appris le kidnapping, dans la nuit de ce samedi 30 juillet, du Coordinateur national du FNDC, Oumar Sylla, alias Fonikè Menguè, par un groupe de militaires et gendarmes lourdement armés qui l’ont conduit vers une destination inconnue.

Le CNRD reproduit ainsi à l’identique les pratiques liberticides du passé et duplique en l’aggravant le mode opératoire qui prévalait sous le régime qu’il a fait tomber au motif qu’il était dictatorial: arrestations et détentions arbitraires d’acteurs politiques et de la société civile, interdiction sans aucune base légale de sortie du territoire, kidnappings nocturnes, interdiction des manifestations pacifiques, entraves à l’exercice des libertés de réunion par l’occupation des sièges des partis politiques et des organisations de la société civile comme c’est le cas ce matin des sièges de l’UFDG, de l’UFR, du RPG et du FNDC.

Je condamne fermement ces violations répétées des droits et libertés des citoyens et exige la libération immédiate et sans conditions de Foniké Menguè ainsi que des sièges du FNDC et des partis politiques illégalement occupés par les forces de défense et de sécurité ».

Pour rappel, le parquet général a ordonné des poursuites judiciaires contre les organisateurs des manifestations du 28 juillet et ceux qui ont pris part à ces mobilisations interdites par les autorités. L’arrestation de Fonikè Mengué intervient après deux jours de manifestations émaillées par des violences par endroits.

Dara Bah reflrguinee