Fronde au FNDC : Sanoh et Cie désapprouvés

0
331

Dans une déclaration rendue publique à la Maison de la presse ce 20 février, le Collectif des jeunes patriotes au sein du FNDC ont désapprouvé Abdourahamane Sanoh, ainsi que les autres responsables. Le désormais porte-parole du FNDC, Mamadou Bachir Diallo, censé diriger le Front, promet de faire tout ce que M. Sanoh n’a pas pu faire. Théodore Monèmou, le porte-parole du Collectif, a déclaré que l’équipe de M. Sanoh n’a pas atteint ses objectifs, notamment celui d’empêcher le pouvoir de s’octroyer une nouvelle Constitution. Selon la déclaration, Abdourahamane Sanoh et Cie sont désormais des « simples membres » du FNDC.

Le Collectif les accuse de « la déviation des bases du fondement du FNDC, le comportement dérisoire de certains membres, animés d’un esprit de désolidarisation, le clanisme, la manipulation et les intérêts égoïstes, le manquement aux règles et principes qui régissent le FNDC.»

Mohamed Bachir Diallo a indiqué qu’ils vont lutter « autrement, sous une nouvelle version, claire et profitable à tous » et les manifestations de rue, c’est fini, sauf « en cas de nécessité ». « La paternité de cette structure n’appartient à personne car c’est une question d’idéologie. On va observer et analyser la situation sociopolitique du pays et avoir une certaines directives des choses et se mettre à l’œuvre afin d’aider la nation pour son bon fonctionnement », indique la déclaration.

Pour finir, le Collectif des jeunes patriotes a exhorté le gouvernement la libération des détenus politiques, enquêter sur les meurtres, assurer une justice équitable aux prévenus, rouvrir les frontières et mettre en place une commission de réconciliation nationale. Le Collectif est aussi disposé à défendre la nouvelle Constitution, aux antipodes des valeurs qu’il a défendues jusque-là avec ses alliés d’hier, comme Abdourahamane Sanoh, Sékou Koundouno, les rangs du FNDC.

Abdoulaye Kourouma