Facebook suspend le compte de Donald Trump pour deux ans

0
35
(FILES) In this file photo illustration taken on May 05, 2021, a phone screen displays the statement of former US President Donald Trump on his Facebook page background in Arlington, Virginia. Facebook on June 4, 2021, banned former US President Donald Trump for two years, saying he deserved the maximum punishment for violating its rules over a deadly attack by his supporters on the US Capitol. - / AFP / Olivier DOULIERY

Facebook a prolongé vendredi 4 juin jusqu’en janvier 2023 au moins la suspension de Donald Trump de son réseau social et a annoncé une modification de ses règles concernant le traitement réservé aux responsables politiques qui violent ses conditions d’utilisation.

Donald Trump a dénoncé vendredi une « insulte » faite aux « 75 millions » d’Américains qui ont voté pour lui en 2020, après l’annonce de sa suspension de Facebook pour deux ans. L’ex-président, dans un communiqué, a ajouté que le géant des réseaux sociaux « ne devrait pas être autorisé à s’en tirer avec cette censure et ce muselage ». « À la fin, nous allons gagner. Notre pays ne peut plus supporter ces abus ! », a-t-il conclu.

En mai, le comité de supervision de Facebook avait maintenu cette suspension imposée à l’ancien président des États-Unis à la suite de l’envahissement du Capitole par ses partisans le 6 janvier à Washington. Le compte officiel de l’ancien president affichait 35 millions d’abonnés.

« Une réponse proportionnée »

Le comité avait néanmoins jugé que le groupe ne pouvait pas imposer une suspension illimitée et avait donné six mois à Facebook pour déterminer « une réponse proportionnée ».

La suspension de Donald Trump a été effective à partir de la date initiale en janvier et ne sera rétablie que si les conditions le permettent, a déclaré Facebook.

« Compte tenu de la gravité des circonstances qui ont conduit à la suspension de M. Trump, nous pensons que ses actions ont constitué une violation grave de nos règles qui méritent la plus haute sanction disponible dans le cadre des nouveaux protocoles d’application », a ajouté le réseau social.

Donald Trump sera donc encore privé de son mégaphone durant les prochaines élections de mi-mandat, rapporte notre correspondant à San Francisco, Éric de salves. Facebook accuse toujours Donald Trump d’« augmenter le risque de violences » et de continuer ses déclarations fallacieuses sur son élection prétendument volée.

Cette décision intervient le jour même où les autorités européennes et britanniques de la concurrence ont lancé des enquêtes sur un éventuel comportement anticoncurrentiel de Facebook dans le secteur des annonces en ligne.

RFI