Environ 3.000 personnes ont fui le Soudan vers la Centrafrique, selon l’ONU

0
449

Près de 3.000 personnes ayant fui les combats meurtriers au Soudan ont traversé la frontière de la Centrafrique, a annoncé jeudi le Bureau de coordination humanitaire de l’ONU (OCHA) en Centrafrique.

« Craignant pour leur sécurité, environ 3.000 personnes ont traversé la frontière pour se rendre à Am-Dafock », dans le nord de la Centrafrique, et « vivent dans des campements spontanés », a indiqué l’organisation dans un document sur la situation dans le pays consulté par l’AFP. Les combats meurtriers opposant des paramilitaires à l’armée sont entrés jeudi dans leur treizième jour au Soudan, où la capitale Khartoum et la région du Darfour, frontalière du Tchad, sont désormais en proie au chaos des bombes. Les belligérants ignorent une trêve de 72 heures censée expirer à minuit (22H00 GMT). La Centrafrique, pays parmi les plus pauvres du monde en proie à une guerre civile depuis plusieurs années, partage une frontière avec le Soudan, dans la province de la Vakaga (nord-est). « D’autres personnes attendraient à la frontière pour se rendre en RCA », et le trafic entre le Soudan et la Centrafrique « a été fortement perturbé, ce qui a entraîné une forte augmentation du prix des produits de première nécessité », a pointé l’ONU. Environ « 120.000 personnes ont besoin d’assistance humanitaire et de protection dans le nord de la République centrafricaine », a relevé l’organisation, s’inquiétant du fait que « les capacités d’absorption des besoins supplémentaires sont très limitées ». Cette zone pose également « un problème de sécurité », a déclaré à l’AFP Fafa Olivier Attidzah, représentant du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). « Nous appelons l’Etat centrafricain à sécuriser cette zone pour éviter que les hommes en armes ne se mélangent à la population civile », a-t-il ajouté. Plusieurs pays frontaliers du Soudan ont annoncé avoir accueilli des milliers de personnes en provenance du Soudan et fuyant les hostilités. Plus de 14.000 Soudanais et 2.000 ressortissants d’autres pays sont arrivés en Egypte depuis le début du conflit le 15 avril, a indiqué jeudi le ministère égyptien des Affaires étrangères. Et plus de 3.500 personnes de plus de 35 nationalités, dont de nombreux Turcs, ont trouvé refuge en Ethiopie depuis le 21 avril, a précisé à l’AFP l’Organisation internationale des migrations (OIM) de l’ONU. Jusqu’à 270.000 personnes pourraient fuir depuis le Soudan au Tchad et au Soudan du Sud, a indiqué mardi l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

AGP