Assassinats des manifestants : « Je suis prête à donner ma vie pour que justice soit faite» dit une opposante

11
1812

Empêchées de faire leur sit-in ce mercredi 21 mars 2018 devant le ministère de la justice comme elles l’avaient prévue, les opposantes au régime en place ne décolèrent pas.  Au cours d’une rencontre tenue à Dixinn, elles ont donné un ultimatum de deux jours au chef de l’Etat, Alpha Condé, pour leur montrer ceux qui tuent leurs enfants.

Cet échec de ce mercredi ne décourage pas les opposantes qui affirment être prêtes à poursuivre le combat déjà engagé. « Dites au pouvoir que nous sommes plus décidées que lui. Ils ont encore la solution. S’ils veulent que ce pays-là devienne un pays de droit, ils le peuvent. Tant qu’ils ne nous montrent pas ceux qui tuent nos enfants, moi, personnellement, je suis prête à me sacrifier pour les vies qui sont tombées. Je suis prête à donner ma vie pour que justice soit faite. Et s’ils n’arrêtent pas, nous allons nous immoler devant le ministère de la justice. On donne deux jours à Alpha Condé pour agir », dira Néné Oussou Diallo du parti GRUP qui dénonce de passage le comportement des agents qui descendent dans les foyers pour renverser des marmites pendant les manifestations.

Honorable Fatoumata Binta pense que bien que le sit-in n’a pas eu lieu, les femmes ont réussi. «  Nous sommes parties en ville et on a vu ce qui se passe de ce côté. Ils ont déployé tout un arsenal sur tous les carrefours au niveau de l’autoroute et devant le ministère de la justice uniquement pour nous empêcher d’accéder à la ville pour notre sit-in. Tout récemment, c’est madame Bah Mariam qui a été tuée par balle. Elle laisse derrière elle six enfants. Qui va s’occuper d’eux. Pourquoi on continue de tuer nos enfants, maris, sœurs ? », s’est interrogée la députée.

Les femmes de l’opposition demandent à Alpha Condé de faire arrêter les tueries mais aussi d’identifier, juger et condamner les coupables de ces crimes à répétition.

Ce mercredi, les opposantes ont voulu faire un sit-in devant le ministère de la justice pour dénoncer les assassinats pendant les manifestations politiques mais le sit-in a été interdit pour retard de dépôt de la demande d’autorisation. Ce matin, un imposant dispositif sécuritaire a été mis en place par les autorités dans différents endroits de Kaloum pour empêcher la tenue de ce sit-in.

Dara Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici