Affaire FEGUIFOOT : membres statutaires et journalistes à la base des maux du football guinéen ( Djibril CAMARA)

0
134

Le problème de notre football, c’est quelques membres statutaires et journalistes sportifs. Le congrès électif de la Feguifoot prévu le 18 mai en est la preuve.

D’abord, ces membres statutaires, qui pour la plupart sont à la tête des clubs qu’ils sont incapables d’entretenir. Ils ne sont pas constants dans les relations. En temps de crise ou pas, ils sont nombreux ceux qui passent la journée avec Antonio et la nuit avec KPC dans le but de s’attirer leurs faveurs. Un adage dit : « Ceux qui sont contre la volonté de Dieu, sont contre Dieu ».  Et donc pour eux, c’est l’argent qui prime.

Comment peut-on dire qu’Aboubacar TOURE ¨BOUBATRY¨ n’est pas présidentiable ?

Le pouvoir c’est Dieu qui le donne, ceux qui forcent la situation sont voués à l’échec. L’assemblée générale élective de la FEGUIFOOT est dans les mains des 65 membres statutaires qui ont le pouvoir de choisir l’équipe dirigeante de la fédération, mais ils sont nombreux parmi eux qui attendent des enveloppes pour se décider, c’est parce qu’on a instauré la corruption au sein du football guinéen. C’est avant, pendant, et après l’assemblée générale que beaucoup construisent des maisons, d’autres achètent des nouvelles voitures.

De 2017 à 2021 qui a fait un memo pour dire voilà mes projets pour le futur du football guinéen ? Qui d’entre eux a marqué son désaccord par rapport à la gestion du football par le comité exécutif sortant ou la Ligue Guinéenne de Football Professionnel ?

Quatre assemblées générales extraordinaires, qu’est-ce que vous avez changé ? Pratiquement rien si non que d’être des confirmateurs, des assemblées Oui ! Oui !

La plupart des présidents des clubs dont la santé financière n’est pas au top passaient leurs temps à dandiner entre la FEGUIFOOT et le siège de GBM à la recherche du quotidien. Ça c’est connu de tous et les concernés eux-mêmes ne le cachent pas. Pendant ce temps, il y a un article dans les statuts de la fédération qu’ils ont rédigé qui a fermé la porte de la maison du football à leur bienfaiteur. A la surprise générale, ils n’avaient pas connaissance de son existence. Comment cet article peut-il échapper à la vigilance d’autant de personnes ? Maintenant que Antonio Souaré traverse des moments difficiles, qui fait quoi pour l’aider à sortir du bourbier ?

A ces membres statutaires, se greffent « des journalistes sportifs » qui comptent sur la générosité des mécènes pour être dans un confort non mérité. Pour eux, vivre de leur propre suaire est difficile et le raccourci est facilement trouvé : aller faire la courbette pour trouver de quoi manger, des voyages, des voitures etc. contre leurs plumes. Ceux-ci s’érigent en défenseurs de leurs bienfaiteurs même si ces derniers sont dans l’erreur. La presse sportive guinéenne est divisée, utilisée par des individus plus ou moins riches. Ils passent par des « journalistes » pour attaquer leurs confrères qui dénoncent ou critiquent leurs bilans.

A cause des muettes, des téléphones et autres objets, ils font le griotisme. Avant, cela n’existait pas, cette haine caractérisée jusqu’à ce qu’on passe par des personnes pour insulter les gens pères et mères. Il suffit de faire un tour sur les profils Facebook de certains « journalistes » pour se rendre comprendre.

Est-ce que monsieur SOUARE avait des bons conseillers ? Si oui ! Est ce qu’il écoutait les conseils ? Est-ce que le bureau exécutif lui a vraiment aidé ?

Notre football se dirige vers une crise : quand je disais par le passé que Monsieur Mamadou Antonio SOUARE était mal entouré, ses proches puissants me traitaient d’un ennemi. Aujourd’hui, il a compris qu’il n’a pas été aidé, mais plutôt trahi et il continue toujours à entretenir ces mêmes personnes. Peut-être qu’il prendra la mesure de la situation dans les prochains jours.

Aider quelqu’un pour un résultat, est différent de faire semblant tout en profitant de la personne. Monsieur SOUARE n’a pas été aidé, au contraire, il a été trahi.

Ce qui est marrant dans tout ça, c’est le fait que lui-même écoute ses « proches », venir charger d’autres personnes avec des enregistrements sonores et captures d’écrans.

Pour finir, moi à la place de Monsieur Kerfala CAMARA KPC, je n’allais pas me présenter pour cette assemblée. Le souhait de beaucoup de personne c’est de le voir à la tête de cette institution, mais si jamais il est élu, est-ce qu’il aura la main libre ? Ceux qui veulent régler des comptes ne vont-ils pas l’utiliser et le mettre en mal avec des gens ?

Il est temps que chacun d’entre nous se ressaisisse pour mettre en avant l’intérêt du football guinéen en lieu et place des intérêts personnels et égoïstes ? Mettons-donc la balle à terre et donnons-nous les mains dans le respect mutuel pour construire ensemble l’avenir de notre football, le sport roi de notre pays.

Djibril CAMARA, Journaliste sportif

Email : camaradjibrilo89@gmail.com