Maison centrale de Conakry : Mamadou Oury Barry, un autre détenu politique, est mort des suites de maladie

0
443

Un quatrième cas de mort en l’espace de quelques mois a été enregistré à la maison centre de Conakry. Mamadou Oury Barry, âgé de 21 ans et chauffeur de profession, est mort en détention le samedi dernier.

Selon la famille du défunt, il a été mis aux arrêts au mois d’août et placé en détention à la maison centrale. Kadiatou Tounkara, mère de la victime, indique que c’est le jeudi que son fils l’a appelé pour l’informer qu’il est malade. Elle tente alors sans succès de lui rendre visite . « Je suis partie le jeudi et le vendredi mais le gardes pénitentiaires n’ont pas accepté et il est mort le samedi…».

Cette mère qui vient de perdre son unique fils demande aux autorités de revoir la situation des détenus. Elle ajoute qu’elle ne va pas pardonner ceux qui sont à l’origine de la disparition de son fils. « Je demande aux autorités de voir le cas des autres, pour ne pas que les autres. Ces choses pareilles ne sont pas appréciables. J’ai pardonné à mon fils mais jamais à ceux qui ont occasionnés sa mort», a-t-elle déclaré ce lundi 18 janvier au micro de nos confrères de Guinee114.

Avant lui, le doyen Elhadj Sow, Mamadou Lamarana Diallo et Roger Bamba, tous détenus politiques, avaient trouvé la mort dans des circonstances encore non élucidées à la maison centrale de Conakry.

Le cas Roger Bamba a particulièrement fait écho en Guinée et dans le reste du monde. Des organisations de défense de droits de l’Homme et plusieurs pays ont demandé à Conakry de mener des enquêtes pour déterminer les causes de son décès mais aussi de respecter les droits des prévenus.

Saliou Bah