Coup d’Etat en Guinée : les craintes de l’AGT

0
31

En conférence de presse lundi 13 septembre à Conakry, l’Association guinéenne pour la transparence (AGT) a exprimé ses inquiétudes vis-à-vis des nouvelles autorités du pays.

« 70 % des nommés ne connaissent rien de l’administration du territoire. Ils n’ont pas un programme qui leur permet de faire une certaine gestion de l’administration du territoire. Ils étaient là dans le cadre de la sécurité, alors on va mettre des moyens à leur disposition, certains utilisent ces moyens sans que cela ne soit rentable à la population. C’est à travers les moyens qu’ils ont défini des stratégies. Alors qu’on définit d’abord les stratégies et à partir de-là on cherche les moyens pour faire mettre ces stratégies en œuvre. Mais si c’est l’inverse, on risque de ne pas utiliser rationnellement les fonds  mis à notre disposition », s’inquiète Oumar Kanah Diallo, le président de l’AGT.

« Le gouvernement qui sera mis en place, tous les organismes forcément vous  aurez des forces de défense et de sécurité qui occuperont des postes de responsabilité qui n’ont pas une compétence requise à la gestion. Et quelque que soit ce qu’on va faire, des détournements qui se feront, ce ne seront pas des détournements dans le vrai sens du mot, mais un détournement d’objectif. Il y a vraiment de craintes, nous devons tous surveiller, afin que nous puissions avoir une base solide. Les forces de défense et de sécurité ne sont pas préparées à développer un pays. Ce que l’on peut s’attendre d’eux, c’est de mettre en place des institutions fortes et crédibles et d’organiser des élections crédibles et transparentes », conclut-t-il.

Abdoulaye Kourouma